Grand Maître KIM YONG HO
Né en 1941, le Grand Maître Kim Yong Ho a commencé la pratique des arts martiaux à Inchon en 1954, dans un gymnase affilié au Chung Do Kwan de Seoul, et dirigé par Me Kang Suh Chong. A raison de deux à trois heures d'entraînement quotidien, il a obtenu son 1er dan provisoire (chodan bo) de Tangsoodo l'année suivante ; il avait alors 14 ans. Son grade fut validé en 1956, devant le Grand Maître Uhm Woon Kyu, au Chung Do Kwan à Seoul, et en devint la 61e ceinture noire (yoodanja).
En débutant, comme instructeur de Tangsoodo, auprès d'une unité de l'armée américaine, Me Kim commença une carrière à la confluence des arts martiaux et des relations internationales, soutenue par une solide formation universitaire acquise dans le domaine de l'éducation physique auprès de l'université Kyung Hee. (Cette université a constitué la première équipe de Taekwondo dès 1960 ; elle a également créé le premier département consacré uniquement au Taekwondo, au sein du Collège d'éducation physique et des sports, sur son campus de Seoul en 1983.) Ces caractéristiques très spécifiques permettent de mieux comprendre son parcours ultérieur et, surtout, les motivations qui l'ont amenées à fonder le Taekwon Mudo, puis à se consacrer actuellement au développement du Mudo. A l'issue de ses études universitaires (1962-1966), Me Kim remplit ses obligations militaires comme officier dans l'Armée coréenne.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Il devint également 5e dan de Taekwondo - un grade très élevé à cette époque (1967). Ce fut dans ce cadre qu'il partit au Vietnam, d'abord comme conseiller auprès d'un général vietnamien. Quand celui-ci, également pratiquant de Taekwondo, prit la direction de l'Ecole des officiers d'active à Dalat, Me Kim le suivit dans sa nouvelle affectation. Puis, au cours des six derniers mois de son séjour au Vietnam, il eut en charge la formation des gardes du corps et autres personnes responsables de la sécurité du Premier ministre vietnamien. Après le Vietnam, Me Kim eut la possibilité d'un autre séjour à l'étranger, toujours au titre de la coopération militaire. Il s'agissait, cette fois, d'un poste d'instructeur auprès des forces armées iraniennes. Après l'Iran, d'autres pays eurent le privilège de l'accueillir et profiter de son enseignement : Singapour, Malaisie, Hong Kong ...
Au terme de ce périple, il a choisi de s'établir en France depuis une vingtaine d'années, d'où il propage inlassablement le Taekwondo dans les pays limitrophes : Angleterre, Maroc, Portugal, Luxembourg, Grèce, etc. Au faîte de son parcours martial au sein du Taekwondo, il a décidé d'approfondir sa pratique en allant au-delà des seuls aspects techniques et surtout compétitifs : Selon lui, n'importe quel expert (pas nécessairement coréen) peut enseigner comment porter un coup de poing ou donner un coup de pied ; il s'agit là, du niveau élémentaire de la technique ou musool. Pour être complet, un art martial - muyae - doit comporter un niveau avancé, celui de la Voie, et plus exactement de la "Voie correcte" - Jungdo - dans le domaine martial. En d'autres termes, il ne saurait avoir de muyae en se limitant au seul musool, ou en ignorant le mudo. Afin de dispenser son enseignement dans cette nouvelle direction, il a créé l'Académie mondiale de Taekwon Mudo à Darlington en Angleterre, inaugurée avec un tournoi international en octobre 1997.
Dès l'année suivante, le premier championnat mondial de Taekwon Mudo fut organisé au Mexique (novembre 1998), avec la participation de dix-sept délégations en provenance de dix pays. Enfin, le troisième événement marquant fut le championnat de Taekwon Mudo, dans le cadre du Festival mondial de Taekwondo de l'Université de Chung Cheong, à Cheongju (juillet 2000). De très grands experts l'ont rejoint dans cette entreprise qui, par ailleurs, ne se limite pas au seul Taekwondo. Pour se rendre compte de l'audience dont Me Kim Yong Ho bénéficie auprès de ses pairs, donner la seule liste des experts présents au 4e tournoi international de Taekwon Mudo au stade Charléty à Paris en novembre 2000 suffit à ce propos : Me Lee Moo Yong (9e dan, Etats-Unis), Me Lee Woon Se (9e dan, Etats-Unis),
Ces différentes manifestations, aussi prestigieuses puissent-elles être, ne sauraient néanmoins prendre le pas sur l'essentiel : l'enseignement et la propagation du mudo, à l'origine de la création de l'académie. Une digression serait utile à cet égard : Le Kukkiwon a, pour objectif, de développer les techniques, promouvoir les grades (poom et dan), améliorer la qualité des instructeurs, organiser les compétitions, et inculquer l'esprit du Taekwondo.
Seulement, avec le temps, il est devenu une lourde machine privilégiant les tâches administratives au détriment des autres finalités. L'académie vise, par conséquent, à compenser ce que, par son nécessaire rôle administratif, le Kukkiwon a, vraisemblablement par la force des choses, fait passer au second plan. Elle tient également à recentrer le Taekwondo en direction de son essence martiale originelle, la pratique ne pouvant se restreindre au seul haut-niveau compétitif induit par l'Olympisme, sous peine de se transformer en sport de combat. Ce travail en profondeur passe, en particulier, par la formation et le recyclage des enseignants de Taekwondo, sous la direction de grands experts qualifiés et authentiques. Un second volet vise l'élargissement de l'horizon cognitif de ces enseignants, en les exposant aux autres facettes de la culture, de l'histoire et des traditions coréennes, au-delà des seuls arts martiaux et méthodes de combat.
Grand Maître LEE EUN JONG
Le DOJANG YONG s'inscrit dans le prolongement d'un enseignement prodigué par 3 grands maîtres :
KYH.gif
LEJ.gif
LKJ.gif
Maître LEE Eun Jong est né en 1954 à Séoul, en Corée du Sud.

Il est 9ème dan de Hapkido et 8ème dan de Kyuktoogi (Kickboxing coréen). Il a été instructeur pour certaines unités de la 8ème armée américaine stationnée en Corée. Pendant presque 10 ans il a aussi été "sky marshall" (agent anti-terroriste) à bord des avions de la Korean Airlines. Il a dirigé des stages et des démonstrations aux USA, en Russie, en Australie ou encore au Japon.

Fort de sa longue expérience, tant dans les arts martiaux que dans le domaine de la sécurité, Me LEE a mis au point le Hapki Mudo. C'est une école de Hapkido qui respecte la tradition mais qui se veut pragmatique. Percussions pied et poing, clés articulaires, étranglements, projections, travail au sol, armes, exercices respiratoires, relaxation... tout l'arsenal technique du Hapkido est passé en revue dans la plus pure tradition coréenne mais avec quelques adaptations nécessaires aux gabarits, mentalités et rythmes de vie occidentaux.

A l'invitation de Me KIM Yong Ho, 9e dan de Taekwondo, et de la World Mudo Academy, Me LEE a commencé à dispenser régulièrement des stages en France à partir de 2001. En 2005 il s'est installé en France et a donné des cours quasiment quotidiens à Villejuif, au dojang du Chungdogym. Au programme cours réguliers classiques, de la ceinture blanche aux plus hauts gradés mais aussi cours combat, cours ceintures noires et cours privés en comité restreint.

Nantes, Strasbourg, Nancy, Poitiers, Montpellier, Nantes, Toulouse, Quimper, Paris et toute la banlieue, Me LEE s'est beaucoup déplacé dans l'Hexagone - et un peu plus loin encore puisqu'il s'est régulièrement rendu en Angleterre et au Luxembourg - pendant son séjour afin de diriger de nombreux stages.

En septembre 2006 Me LEE fut nommé Conseiller Technique Fédéral de la FFTDA en charge du Hapkido. A ce titre, il a élaboré un cahier technique et mis en place un programme de passage de grades du 1er au 4ème dan.En mars 2007, alors en pleine préparation du festival des arts martiaux de Bercy, il a été frappé par un grave accident, un AVC (accident vasculaire cérébral) qui aurait pu lui coûter la vie. Après une phase de convalescence, faisant preuve d'une ténacité incroyable et d'une volonté de fer, il a repris l'enseignement bien que ne bénéficiant plus de la même mobilité physique. Mais ses cours réguliers et ses séminaires ont continué à avoir du succès grâce à ses qualités pédagogiques.
En juillet 2008 il est retourné en Corée pour bénéficier de séances de rééducation poussées et pour retrouver sa famille. Depuis, le contact est préservé, notamment grâce à la venue de son professeur, Me YOON Byung Ock, 9ème dan et fondateur de l'école Yun Moo Kwan, qui vit au Canada. Un de ses élèves et assistant coréen, Me LEE Kang Jong, 8 ème dan, a également fait régulièrement le déplacement en France pour assurer la continuité de l'enseignement de Me LEE. Depuis le mois d'octobre 2009, ce dernier s'est d'ailleurs installé en France avec sa famille pour continuer l'oeuvre de son professeur.

En Corée, les progrès physiques de Maître LEE Eun Jong sont continus et l'esprit de son enseignement demeure malgré tout présent en France. Ses élèves et ses assistants s'évertuent à perpétuer et développer ce riche patrimoine, et notamment au Paris Hapkido. Le professeur du Paris Hapkido s'est d'ailleurs rendu en Corée en septembre 2009, spécialement pour aller voir Me LEE, s'enquérir de sa santé et continuer à apprendre auprès de lui.
Son parcours

1964 - Débuts en Tang Soo Do de l'école Mu Duk Kwan
1965 - Débuts en Hap Ki Do de l'école Kuk Chae Kwan sous la direction du Grand Maître YOON Byung Ok (qui vit actuellement au Canada)
1972 - Devient instructeur de l'école Kuk Chae Kwan
1978 à 1981 - Instructeur de Hapkido auprès des soldats américains au Quartier Général de la 8ème Armée US à Séoul
1981 à 1990 - Intègre la compagnie aérienne Korean Airlines en tant que Sky Marshall à unité antiterroriste embarquée1983 - Remplace Maître YOON Byung Ok à la tête de son dojang, ce dernier ayant immigré au Canada
1986 - Participation à une démonstration internationale en Corée destinée à exposer les techniques d'intervention professionnelles utilisée par les forces de l'ordre
1990 - Devient grand maître de l'école Yun Mu Kwan, Instructeur en chef de l'équipe de démonstration de la Korea Hapkido Association
1991 - Invité par la World Hapkido Federation aux USA afin de diriger des stages et des démonstrations
1993 - Séries de stages et de démonstrations en Russie à Moscou et Leningrad, Directeur technique des compétitions pour la Korea Hapkido Association
1994 - Démonstrations au Japon1995 à 1999 - Réside en Australie. Fonde l'Australian Hapkido Federation et dispense des stages à travers tout le pays.
1999 - Retour en Corée, Devient chairman du complexe sportif SSN Sporex comprenant salles de Hapkido et de musculation, piscine, sauna, mini golf
2001 à 2005 - Invité en France par la World Mudo Academy dirigée par le Grand Maître KIM Young Ho afin d'animer des stages et des démonstrations - Directeur technique mondial Hapki Mudo au sein de la World Mudo Academy
2005 à 2008 - Réside en France, Dispense des cours de Hapki Mudo à Paris, Nombreux stages : Angleterre, Luxembourg, Paris, Nantes, Montpellier, Toulouse, Nancy, Normandie, Bretagne
2006 à 2008 - Conseiller technique fédéral Hapkido auprès de la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (FFTDA)

(source : www.mudoculture.fr)
Maître LEE KANG JONG
Jeune expert coréen, Me Lee Kang Jong est 8e dan de Hapkido, il a été formé très tôt par Me LEE Eun Jong. En plus du Hapkido,il est également expert de Kyeoktoogi (Kickboxing coréen) et un grand passionné de sabres dont il possède une riche collection.

Venu de nombreuses fois en France pour donner des stages avec Me LEE Eun Jong et son équipe, Me LEE Kang Jong vit désormais en France avec sa famille. Il s'est donné pour objectif de poursuivre l'enseignement entamé par Me LEE Eun Jong.

Parcours :

- Ancien membre de l'équipe nationale de la Korea Hapkido Association
- Ancien champion de la Korea Kyeoktooki Association
- Champion Junior (1986) de la Korea Hapkido Association. Membre de l'équipe Nationale Junior
  de la Korea Hapkido Association (1986 à 1988)
- Ancien champion senior de la Korea Hapkido Association (1992 à 1994)
- Membre de l'équipe Nationale de la Korea Hapkido Association (1992 à 1994)
- 1er maître instructeur de l'école Yoon Mu Kwan (1992)
- Instructeur de l'équipe de démonstration de la Korea Association pour la tournée en Australie (1997)
- Président et instructeur de l'action school coréenne - école de cascades spécialisée dans les
  arts martiaux (1999 à 2001)
- Président de la société coréenne DEUS, compagnie de promotion, depuis 2002
- Producteur de spectacles, directeur et chorégraphe de scènes de combat pour des films et des
  spectacles (2002 à 2009)
- Président d'une école coréenne de golf (2003 à 2008)
- 2001 à 2009 : invité en France avec Maître LEE Eun Jong par la World Mudo Academy dirigée
  par le Grand Maître KIM Young Ho afin d'animer des stages et des démonstrations. Assistant du
  directeur technique mondial Hapkimudo au sein de la World Mudo Academy
- 2006 à 2009 : assistant du Conseiller Technique Fédéral Hapkido de la FFTDA
- Depuis 2009 : réside en France, dispense des cours de Hapkimudo à Paris, dirige de nombreux
  stages : Angleterre, Luxembourg, Paris, Nantes, Montpellier, Toulouse, Nancy, Normandie,
  Bretagne
- Depuis 2010 : Conseiller technique Hapkido auprès de la Fédération Française de Taekwondo 
  et Disciplines Associées (FFTDA).
x1phvwQ71JF0nkUbsirnX7IQ-M7JtGFCzkEX_Hit7Jc-nPSGHqMCGVHAXAR2Igonb5R8VJNibfbsFWKLQptTVfqhj_ZqcWURo4Ll8dt2jsimsRvd0beCAjK5iYy01HhUEe0.jpg
Me Moon Dae Won (9e dan, Mexique), Me Hwang Dae Jin (9e dan, Finlande), Me Kwak Ki Ok (8e dan, Ghana), Me Ahn Hen Ki (8e dan, Grèce), Choi Duk Kyu (8e dan, Grèce), Me Chung Sun Yong (8e dan, Portugal), etc. Lors de ce tournoi auquel 23 pays ont envoyé des équipes (Corée, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Inde, Maroc, Finlande, Norvège, Lettonie, etc.), les spectateurs ont également pu assister aux démonstrations suivantes : Haidong Kumdo et surtout Hapki Mudo (Me Kim Duk In, 9e dan, avec son fils Kim Beom, alors 6e dan).
DSC03472-2.JPG